L’importance de bien identifier ses animaux en bovins et bubalins !

L’identification individuelle des bovins et bubalins est une obligation depuis de nombreuses années. Vous le savez tous. La bonne gestion de cette identification, des déclarations est une condition sine qua non pour le versement des aides dites “Vaches allaitantes” mais aussi pour le POSEI. Plusieurs éleveurs se sont fait attraper cette année. Les amendes sont lourdes si vous avez trop d’anomalies et leur nombre peut monter très vite.

Vous pouvez vous voir retirer la totalité de votre aide vaches allaitantes de l’année mais aussi faire l’objet d’une amende qui peut vous pénaliser pour l’année suivante encore ! Cela chiffre vite et peut mettre en péril votre exploitation.

Nous vous rappelons donc quelques règles simples à respecter :

Tout animal sorti de l’exploitation doit faire l’objet d’une notification à l’EDE au maximum 7 jours après sa sortie. Tout dépassement vaut une anomalie même si vous faites la déclaration à 8 jours !
De même toute entrée doit être notifiée dans les 7 jours.

Vous devez également veiller à notifier les naissances de votre cheptel dans les délais impartis puisque vous disposez par ailleurs de 20 jours suivant sa naissance pour poser à chaque oreille du veau une boucle auriculaire. Ces marques auriculaires doivent de plus être maintenues pour tous les bovins, bubalins de votre exploitation.

N’oubliez pas de déclarer tout mouvement de votre cheptel allaitant à la DEAAF si vous bougez les animaux par rapport à votre déclaration initiale durant la période de détention. Cette déclaration se fait à l’aide d’un bordereau de location.

Enfin, signaler toutes pertes d’animaux à la DEAAF relevant d’un cas de force majeure ou d’une circonstance naturelle si ces pertes viennent diminuer votre éligibilité à l’aide. Pensez également à bien vérifier le caractère allaitant de votre cheptel au travers de votre ratio de productivité (nombre de veaux par rapport au nombre de vaches) et de la durée moyenne de détention des veaux.

Pour finir, tous ces documents doivent être archivés dans votre registre d’élevage que vous tiendrez à disposition en cas de contrôle. N’oubliez pas que celui ci doit également contenir le descriptif de votre exploitation, un plan de l’exploitation (la déclaration PAC peut faire office de plan), la déclaration de votre vétérinaire sanitaire, le suivi des traitements réalisés avec les ordonnances et factures des produits vétérinaires, le registre d’identification des animaux avec toutes les notifications, l’ensemble des factures d’aliments et vos modes d’alimentation de votre cheptel.

N’hésitez pas à nous contacter pour plus d’information afin d’éviter les problèmes suite à un contrôle et une réfaction de vos aides.

En lire davantage

Nos autres articles

Fabriquer son piège à taon !

Fabriquer son piège à taon !

IKARE avait diffusé en 2016 un mode d'emploi simplifié pour monter un piège à taon Nzi. Avec les jours de beau temps qui semblent vouloir (enfin !) arriver, les taons vont revenir également. Vecteurs de transmissions des hémoparasitoses notamment, il est intéressant...