Comment réussir la reproduction en élevage porcin ?

En élevage porcin, ne pas râter de chaleur est un facteur déterminant de la réussite de l’élevage. Il permet de ne pas nourrir de truie improductive et surtout d’optimiser le nombre de porcelets élevés par an et par truie. Et ainsi améliorer la reproduction de son élevage porcin.

Porcinets-SCEBOG
Porcinets - SCEBOG

Ainsi, les résultats GTE (2015 Bretagne) montrent qu‘un porc élevé en plus par truie et par an, c’est 60 € de marge de gagné par truie et par an ou 0,29 € par kg carcasse vendu à l’année (bien plus qu’une augmentation du prix !) Avec des résultats moyens de 14 porcelets sevrés par an chez nos éleveurs, les marges de progrès sont importantes pour certains éleveurs.

Pour améliorer ce résultat, une des clés réside dans la détection des chaleurs ! Bien d’autres sont importantes : alimentation des truies, aménagement de la maternité, conditions sanitaires d’élevages… mais parlons déjà des chaleurs :

Parmi les principaux signes de chaleurs :

Michel Colell mentionne ainsi “le réflexe d’immobilité (la truie est immobile en présence du mâle), en fait on pourrait dire que “C’EST le signe”. On peut stimuler ce réflexe en appuyant sur le dos de la truie. 

  • Mais on ne peut pas ne pas mentionner d’autres signes qui à plus ou moins grande échelle sont aussi des signes de chaleur de la truie, parmi ceux-ci il signale:
  • Elargissement de la vulve. Pendant toutes les chaleurs
  • Présence de mucus collant sur la vulve. Plus présent en fin des chaleurs.
  • Tentatives de monter sur ses congénères. Plus significatif quand elles sont en groupe.
  • Inappétence. Pendant la chaleur il se produit une augmentation des œstrogènes de la truie. Les œstrogènes ont un certain effet dépresseur de la faim sur la truie.
  • Grognements. La truie émet des grognements de longue durée.
  • Oreilles dressées vers le haut. En présence d’un mâle certaines truies lèvent les oreilles.
  • Queue levée. De la même façon qu’avant la mise-bas (en fait c’est plus un signe de l’imminence de la mise-bas), certaines truies peuvent légèrement lever la queue en présence d’un mâle.” (source : 3trois3.com)

Conclusion :

Alors, observez bien vos truies au moment où les chaleurs doivent arriver, une seconde chance vous est offerte 21 jours après !!! mais ne les loupez pas, c’est de l’argent de perdu. le mieux c’est de régler votre élevage comme du papier à musique avec sevrage et mise aux verrats des truies 4 à 5 jours après mais pour cela il faut qu’elles soient en état !!!

Pour plus de renseignements, vous pouvez contacter notre conseillère Caroline BUGEY via notre formulaire de contact.

En lire davantage

Nos autres articles

Fabriquer son piège à taon !

Fabriquer son piège à taon !

IKARE avait diffusé en 2016 un mode d'emploi simplifié pour monter un piège à taon Nzi. Avec les jours de beau temps qui semblent vouloir (enfin !) arriver, les taons vont revenir également. Vecteurs de transmissions des hémoparasitoses notamment, il est intéressant...