L’accessibilité & la qualité de l’eau dans nos élevages

L’abreuvement correct de ses animaux, en respectant les besoins quantitatifs et qualitatifs impacte sur les performances zootechniques de leur production (croissance, allaitement…). L’eau représente un point primordial pour la gestion de l’élevage.
L’eau est un élément essentiel pour la vie, elle apporte les nutriments et les minéraux essentiels (calcium, phosphore…). Mais c’est aussi un vecteur de maladies (leptospirose, salmonelle, E-coli…). C’est pour cela que la bonne gestion d’un élevage nécessite un suivi et approvisionnement en eau de manière régulière en quantité et en qualité.

Article Qualité Eau

Les besoins quantitatifs :

Dés le plus jeune âge, les animaux doivent être approvisionnés en eau en quantité suffisante. Les risques sont :

  • des diarrhées néonatales pour le veau (le risque est multiplié par 5)
  • le porcelet, perte de croissance, déshydratation qui peut entraîner la mort.

Le veau ingère entre 5 et 15l d’eau. La consommation du porcelet juste avant le sevrage est de 0,5 l/jours d’eau. Le lait de la mère ne suffit pas, c’est pour cela qu’il faut laisser de l’eau à volonté en qualité.

Pour les adultes, les risques sont : perte de performance (croissance ou lactation), déshydratation qui peut entraîner la mort. En fonction des stades physiologiques, un bovin adulte a besoin entre 50 et 100 litres d’eau par jour. Pour les truies cela peut se chiffrer de 17 litres/jour à 31 litres bus par jour en période de lactation. Pour les porcs en croissance, on compte entre 6 et 7 litres/jour.

De plus, la quantité d’eau bue dépend : du climat (saison sèche et saison des pluies), de la quantité et qualité d’aliment ingéré, la production… D’où l’importance en fonction de ces variations de laisser l’eau à volonté.

Les besoins qualitatifs :

La qualité de l’eau se définit selon 5 principes :

  • l’odeur et la couleur
  • propriété physique
  • teneur en bactéries microbiennes
  • teneur en composés chimiques (Ph)
  • teneur en composés toxiques (nitrates)

D’où la nécessité de vérifier régulièrement la qualité de l’eau par observation (nettoyage des abreuvoirs) pour la couleur et l’odeur, ou par une analyse d’eau pour la teneur chimique, toxique et microbienne. L’observation de l’état des animaux ou de symptômes (avortements, diarrhées, infertilités, boiteries…) peuvent- être des signes d’une mauvaise qualité de l’eau.

Conclusion :

L’eau est un aliment indispensable, véhicule de nutriments et de maladies. Elle doit être distribuée en quantité et qualité suffisantes afin d’éviter des troubles au seins de la gestion de l’élevage. Retrouvez nos abrevoirs sur notre catalogue en ligne. 

Retrouvez sur notre catalogue en ligne notre gamme d’aliments pour votre élevage :

En lire davantage

Nos autres articles

Fabriquer son piège à taon !

Fabriquer son piège à taon !

IKARE avait diffusé en 2016 un mode d'emploi simplifié pour monter un piège à taon Nzi. Avec les jours de beau temps qui semblent vouloir (enfin !) arriver, les taons vont revenir également. Vecteurs de transmissions des hémoparasitoses notamment, il est intéressant...