Améliorer ses résultats de reproduction en bovins, une nécessité pour répondre à la demande des marchés !

Le résultat moyen des élevages de bovins en Guyane est de moins de 1 veau né tous les deux ans par vache mise à la reproduction. L’objectif serait plutôt d’un veau né par an et par vache ! Cela fait plus d’animaux mais avec des bonnes pratiques de gestion des pâtures, une complémentation adaptée aux reproducteurs et aux animaux à l’engraissement, il est possible de sortir des animaux de boucherie plus jeunes et plus conformés. C’est alors tout “bénéf” pour l’éleveur.

Coopérative SCEBOG
Reproduction Bovins

La réussite de la reproduction résulte d’une démarche globale sur l’atelier. Les facteurs en jeu sont multiples et non spécifiques. Toutefois il est possible de les regrouper en quatre catégories :

La conduite du troupeau, facteur clé parmi les autres :

  • mise à la reproduction des vaches et génisses (choix des reproducteurs qui sont conservés sur l’exploitation en fonction de leurs qualités maternelles, facilité de vêlage, taille et de poids des veaux à la naissance, quantité de lait produit…). L’éleveur ne doit pas faire de “sentiment” dans le choix des génisses et des réformes afin de conserver des animaux performants. Le renouvellement devrait être de 10 à 20% par an.
  • préparation des taureaux en qualité et en quantité suffisantes (1 taureau pour 20 à 30 vaches max), ménager des temps de repos pour les taureaux afin qu’ils reconstituent leur potentiel.

L’hygiène et l’environnement :

  • hygiène au vêlage, situation des parcelles pour pouvoir surveiller facilement et limiter les problèmes notamment de prédation, accès à une eau propre de façon illimitée…
  • Le sanitaire : difficulté de vêlage, avortements, métrites, boiteries, parasitisme etc. Il faut des vaches et des génisses en bonne santé et bon état pour maximiser le taux de gestation.

La conduite alimentaire des reproducteurs qui est également extrêmement importante :

  • état corporel des vaches et son évolution, l’équilibre énergie azote, des pâturages de bonne qualité en quantité suffisante pour les reproducteurs, apport de minéraux et d’oligo-éléments en quantité suffisante. (d’après chambre d’agriculture 82)

Conclusion :

Pour tout renseignement, vous pouvez contacter le conseiller bovin de la SCEBOG, Adrien FERCHAL, 05 94 25 80 77.

Retrouvez également notre article pour améliorer ses résultats de reproduction en porcs.

En lire davantage

Nos autres articles

Fabriquer son piège à taon !

Fabriquer son piège à taon !

IKARE avait diffusé en 2016 un mode d'emploi simplifié pour monter un piège à taon Nzi. Avec les jours de beau temps qui semblent vouloir (enfin !) arriver, les taons vont revenir également. Vecteurs de transmissions des hémoparasitoses notamment, il est intéressant...