Le coût alimentaire ne fait qu’augmenter sur les deux à trois dernières années avec une nouvelle flambée des cours mondiaux sur la fin 2020, début 2021, la réforme du RSA… Cela a une répercussion directe sur les prix en Guyane aux éleveurs qui voient leurs coûts de production augmenter.
Cette conséquence est particulièrement préoccupante en élevage porcin où l’aliment représente a minima 65% des coûts.
La question est alors simple, comment limiter l’impact sur mon atelier. Plusieurs pistes sont à explorer à court et moyen terme par élevage. Les solutions uniques n’existent pas.
Résultats GTE Nord Bretagne, IFIP, 2020
Exemple de Broyeur mélangeur horizontal électrique (marque Elektra). Des solutions sur prise de force existent également ou en thermique.

Une première piste, immédiate, est de réduire drastiquement le gaspillage, les pertes à la distribution, au stockage. L’indice de consommation s’affirme comme un levier décisif de la rentabilité en élevage porcin.

Ainsi, en France Hexagonale, l’indice de consommation moyen par porc charcutier est de 2,2 à 2,3 kg, il serait bien au-delà dans nos élevages guyanais. Si la différence peut s’expliquer partiellement par les conditions climatiques (chaleur, humidité, évolution de la qualité de l’aliment après transport, résultats de repro etc.).
Nous devrions atteindre des standards plus bas et pouvoir gagner de 25 à 30% sur nos indices de consommation réduisant d’autant la facture d’aliments.

Les solutions sont simples : stockage au sec et sain, distribution dans des auges adaptées, rationnement et plan d’alimentation en fonction des catégories. Nos conseillers peuvent vous aider à raisonner votre IC !

 

La seconde piste de moyen terme est sur l’autonomie des ateliers.

Un premier axe est sur la “fabrication à la ferme” afin de travailler avec des matières premières bénéficiant ainsi de l’aide RSA. Celle-ci n’est cependant pas appelée à durer éternellement. Il faut également se poser la question des cultures sur les fermes porcines afin de gagner en autonomie.

Sur la FAF, en s’équipant d’un broyeur mélangeur horizontal avec trémie de moyenne capacité (1T/h), en continuant de travailler en sacs de 25kg pour des problèmes de conservation, malgré la manutention. En tenant compte des amortissements matériels et de pertes à la fabrication, il est possible de gagner entre 1 € et 1,5 € du sac sur le prix actuel d’un aliment concentré complet. L’idée est de broyer et mélanger des céréales (matières premières bénéficiant du RSA) avec un complément protéique (ne bénéficiant pas du RSA). Cette solution nécessite cependant un investissement conséquent et une excellente organisation du travail. En effet, 15 000 € d’investissement et 2 employés sur une demi-journée pour travailler l’alimentation par semaine.

Au-delà, ce sont les questions d’incorporation d’aliments locaux dans les rations qui se posent. Quelques éleveurs travaillent déjà avec du manioc et du cramanioc, du maïs de façon artisanale. Il faut pouvoir les accompagner dans la conception des rations, l’organisation des chantiers de culture, la préparation des rations afin d’alléger la charge de travail. Ainsi, IKARE, avait réactualisé les rations à base de produits locaux ; banane et manioc doux, jus de canne.

table d'alimentation à base de jus de canne, IKARE, Xandé, 2015
Table d'alimentation des porcs à partir de bananes (IKARE, INRA Guadeloupe)
Table d'alimentation des porcs à partir de manioc doux (IKARE)

Le plus important est de pouvoir être régulier dans l’alimentation, travailler sur les capacités d’ingestion des porcs afin de fournir une ration équilibrée. Aussi, veiller à la croissance des animaux et au gras avec ces matières premières particulièrement énergétiques. 

Autres articles

Améliorer ses résultats de reproduction en porcs !

Améliorer ses résultats de reproduction en porcs !

Le nombre de porcelets sevrés et donc élevés par truie est une des clés de la réussite d'un élevage porcin. Découvrez comment améliorer la reproductions des porcs grâce à notre article. Le projet OPTIPORC et maintenant le projet ADAPTPORC, financés par l'UNION...

Premier bilan 2020 de la coopérative SCEBOG

Premier bilan 2020 de la coopérative SCEBOG

Pour la première fois, la SCEBOG dépasse les 500 tec abattues sur les espèces bovines, porcines et bubalines cumulées. Ce bon résultat, lié à l'activité intense de nos clients bouchers, ne doit cependant pas masquer les progrès que nous devons encore réalisés afin de...

Recevoir notre newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières actualités de la SCEBOG. 

You have Successfully Subscribed!